Automobile

Sotrabus, première usine de montage de « bus gros porteurs » en Afrique centrale

Son carnet de commande ne désemplit pas, signe que le créneau a été bien choisi par la Société de Transformation de Bus (Sotrabus). Spécialisée dans la construction de bus de transport de 45, 50 et 70 places de marque « Mickel », c’est la première unité de montage de véhicules en Afrique centrale. Elle de l’accord sur la libre circulation du Yuan chinois et du franc CFA en Afrique centrale et en Chine exclut de faire le trésor français de toute transaction avec la Chine. Donc plus besoin de Paris dans les transactions de la zone Cemac avec la Chine. En termes simples, cet accord permettra aux personnes physiques et entreprises de la Zone Cemac, de se rendre directement en Chine avec leur monnaie respective pour leurs transactions sans avoir besoin de les changer en Euros ou en dollars, ce qui rapportait des milliards d’euros au trésor français. En plus, la convertibilité du Yuan dans la zone CEMAC va permettre de donner aux investisseurs chinois, privés comme publics d’agir plus aisément dans des circuits financiers. Il était temps pour les pays de la CEMAC de trouver une formule devant permettre de se libérer progressivement de ce goulot du principe de parité fixe liée à la convertibilité du FCFA à l’Euro. En ouvrant ainsi la possibilité a été créée en 2015 par 04 camerounais dont Albert Mbafe Konkou, né en 1967, ingénieur en mécanique formé à l’École supérieure polytechnique de l’Université de Yaoundé I, qui en est l’actionnaire majoritaire. Ce constructeur automobile basé dans la zone portuaire de Douala, la capitale économique du de faire arriver en zone Cemac des capitaux propres au développement de leurs activités, cette mesure contribuera aussi, de l’avis des experts, à aider l’Afrique à éviter une potentielle évasion fiscale estimée entre 600 et 800 milliards d’euros (396 000 milliards – 528 000 milliards de FCFA). Cette attitude courageuse s’apparente à un pas vers la souveraineté monétaire. Cameroun assure pour l’instant une fréquence de 2 bus produits par mois. Il est prévu qu’elle en produise 4 dans ses objectifs. Les moteurs sont importés de chez Mercedes, constructeur allemand. Le suédois Volvo fournit les châssis. Le constructeur camerounais fabrique lui-même le squelette et la carrosserie de ses voitures à partir de barres de fer et de tôles en acier galvanisé importés d’Allemagne. Désormais, les agences de transport interurbain opérant au Cameroun et en Afrique centrale n’ont plus de raison de commander des bus venant de l’Europe ou de Chine. Au-delà de l’absence des tracasseries qui entourent les opérations d’importation des voitures de ce type, Les «Bus Mickel», présentent de nombreux atouts : Ils sont plus spacieux et confortables que ceux qui sont importés. Chaque siège dispose de sa ceinture de sécurité. Les véhicules sont équipés d’écrans plasma de dernière génération. Les bus sont fabriqués avec des moteurs neufs et sont conçus en tenant compte de l’état défectueux du réseau routier dans la plupart des pays d’Afrique centrale. Ces véhicules font aujourd’hui la fierté de certaines compagnies locales de transport interurbain.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.