CEDEAO : l’autoroute Lagos-Dakar et la boucle ferroviaire en quête de financements

Le programme communautaire de   développement (PCD) de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) avance bien. L’organisation sous  régionale  qui entend accélérer la mise en œuvre  de  ses  projets  prioritaires  et  dans  ce  cadre,  vient  de finaliser   les   travaux   de  structuration  en  Partenariat  Public  Privé  (PPP)  ainsi  que  les mécanismes de garanties de ses projets prioritaires. Il s’agit notamment de  la  construction de l’autoroute Lagos-Dakar en  deux  phases  dont   la  première  concernera  l’axe  Abidjan-Lagos, longue de 1028 km, et la seconde, l’axe Abidjan-Dakar,  sur  une  longueur  de  3000 km. Le programme comprend également la  réalisation  du  projet  de  la  boucle  ferroviaire Cotonou- Niamey – Ouagadougou – Dori – Abidjan,  et  le  projet  ferroviaire  Ouagadougou-Bamako. En plus de ces infrastructures de transports, la CEDEAO entend faire avancer la  création  d’une  compagnie  de  transport maritime « Sealink » ainsi  que  le  renforcement  du  transport  aérien  dans  l’ espace  sous-régionale.  La  prochaine  étape  sera  la mobilisation des financements à travers une table ronde   des   bailleurs   de   fonds   pour   accélérer   la   réalisation  de  ces  projets stratégiques pour le renforcement  de   l’intégration   sous-régionale.   Les   institutions   financières   régionales   et   internationales partenaires de cette première phase de mise en œuvre de ces vastes chantiers structurants ont en tout  cas   tenu   à   exprimer   leur disponibilité à accompagner la Commission de la Cedeao à travers les différents instruments dont elles disposent, pour la   mise   en application effective des projets prioritaires du PCD. Elles ont en ce sens indiqué être ouvertes à l’adaptation de  leurs   mécanismes d’intervention aux différentes structurations qui seront menées, de concert avec les bailleurs de fonds, sur chaque  projet. Ce qui de l’avis des participants, constitue un bon départ pour la mise en œuvre des projets du PCD, lesquels vont significativement renforcer le processus d’intégration économique au sein de cet espace composé de 15 pays pour un marché de plus de 300 millions d’habitants.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.