Marie Rose Chantal ELOMBAT MBEDEY, Directeur du BMN

 

Administrateur Civil Principal de Classe Hors échelle, diplômé de l’École Nationale d’Administration et de Magistrature (ENAM), Mme Chantal MBEDEY ELOMBAT est titulaire d’une Maîtrise en Économie à l’Université de Yaoundé. Elle a fait toute sa carrière dans l’administration
camerounaise, au Ministère des Finances (ancien Ministère de l’Économie et des Finances) où elle a été tour à tour Chef de Service de la Monnaie, Chef de la Division Monétaire et Financière, Conseiller Technique du Ministre. Depuis novembre 2013, elle est Directeur du Bureau de Mise
à Niveau des Entreprises (BMN). Cette maman de plusieurs enfants est à la fois Chevalier de l’Ordre de la Valeur et Officier de l’Ordre de la Valeur en raison des services rendus à la Nation   Pouvez-vous mieux nous présenter cette institution qu’est le Bureau de Mise à Niveau des Entreprises ?
Le BMN est l’organe étatique chargé de mettre en œuvre la politique du Gouvernement en matière d’appui à la mise à niveau et à la restructuration des entreprises industrielles. Il a été créé par arrêté du Premier Ministre en décembre 2011, dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie
nationale de compétitivité de l’économie camerounaise. Le BMN est placé sous la tutelle du Ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire.
En fait, existe-t-il selon vous un management « féminin » ? Je dirais à priori non, le Management a des Règles qu’il faut suivre pour réussir. Ces Règles ou ces lois sont les mêmes que l’on soit Homme ou Femme. Sur le plan du rendement et l’atteinte des objectifs, l’un
et l’autre se valent. Mais, la femme y apporte toujours un plus: elle travaille avec son cœur, y met toute son énergie, son intelligence, ses moyens pour atteindre les objectifs qui lui sont assignés. La femme a tellement été «dévalorisée» par la société au fil des ans qu’elle a toujours été tentée de faire quatre fois plus que l’homme pour prouver qu’elle est capable, même si on ne le lui demande pas. Elle est soucieuse de ce qui se dira, de la perception de son travail par les autres. Physiquement, la femme fera toujours attention à son « look » pour être présentable.
A votre avis, n‘est-ce pas trop demander aux femmes d’assumer efficacement les différents rôles qui leurs sont traditionnellement dévolus (femmes, épouses, mères) et d’être en plus des managers ou des dirigeantes performantes? Je dirais que, pour pallier ces désagréments, il est utile de bien s’organiser. C’est le quotidien de toute femme et aucune ne peut y échapper. Il faut faire avec, en responsabilisant les membres de sa famille. Nous avons la chance en Afrique d’avoir de la grande famille, qui peut aider aux travaux de maison et se substituer ainsi pour certaines tâches à la maîtresse de maison. Il existe également
des auxiliaires qui aident à la cuisine, au baby setting et déchargent les femmes de certains tâches.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.